Pari réussi pour Opéra Intendance

12 décembre 2017 Article

S’implanter sur le cours de l’Intendance avant la fin de l’année 2017: le groupe Opéra a atteint finalement son objectif. L’ouverture d’une nouvelle pâtisserie, la troisième du centre-ville, était pourtant annoncée avant l’été 2017.

«Les délais de travaux et l’organisation étaient compliqués, explique Marc Faujanet, l’un des trois associés de la holding Opéra. On a fabriqué des vitrines en marbre, des pièces exceptionnelles, et cela a pris plus de temps que prévu.» Pour travailler dans cet espace de 130 mètres carrés, 11 personnes ont été recrutées. Budget total pour la luxueuse boutique ? Plusieurs millions d’euros…

Plaisir des yeux

Le décor fait son effet. Devant la vitrine, les passants s’agglutinent. Ils sont nombreux à franchir le pas de la porte, attirés par les mille couleurs des pâtisseries au design délicat.

« C’est très beau, confie Jamel, accompagné de sa femme et de leurs deux enfants. Nous avons été intrigués par les décorations de Noël dans la vitrine alors nous sommes entrés pour regarder.»

Ils sont loin d’être les seuls à se laisser tenter. Autour du présentoir central, les curieux déshabillent du regard les gâteaux, s’extasient devant les couleurs et les formes. Résultat: à midi, après deux heures d’ouverture, la pâtisserie est pleine. Dans cette boutique, les produits chocolatés sont mis en avant. Mais la recette qui attire tous les regards, c’est la traditionnelle bûche de Noël.

«Ce sont toutes des créations», précise Marc Faujanet. Un argument qui séduit visiblement les clients.

Accès au Grand Hôtel

Deux ans ont été nécessaires pour finaliser le projet de cette neuvième pâtisserie en Gironde.

« Dans un deuxième temps, certaines parois seront en verre et ouvertes sur le Grand Hôtel, on pourra passer de l’un à l’autre», annonce Marc Faujanet. Des discussions sont également en cours pour qu’Opéra Intendance fournisse le Grand Hôtel en pâtisseries. Une véritable success-story pour le groupe qui constate une explosion de la demande. «En janvier, le groupe faisait environ 370 000euros par mois, actuellement on approche le 1,2 million mensuel», confie Marc Faujanet, qui a «à cœur de continuer à proposer des produits accessibles ». Le prix moyen d’une bûche de Noël est de 30euros. Le groupe Opéra souhaite ouvrir une vingtaine de pâtisseries dans la métropole. Après Cestas, Pessac, Gazinet, Arcachon et Bordeaux, la prochaine boutique, achetée il y a quelques jours, se situe à Mérignac-Mondésir.

Alexandra Jammet